La France rend à l'Egypte cinq fragments......de son histoire !

Publié le par le consomacteur

"Phttp://www.insecula.com/PhotosNew/00/00/08/65/ME0000086502_3.JPGARIS (AFP) - La France doit rendre  à l'Egypte cinq fragments de peintures murales auparavant exposées au Louvre et revendiquées par Le Caire, à l'occasion d'une rencontre de Nicolas Sarkozy et du président égyptien Hosni Moubarak à Paris. La  décision de rendre ces cinq fragments avait été prise le 9 octobre par le ministère français de la Culture, sur proposition du musée du Louvre et après avis de la Commission scientifique nationale des musées de France.

Lors d'un déjeuner avec le président égyptien à l'Elysée, le président français "parlera" de cette restitution, a indiqué cette source. "Il n'y aura pas de cérémonial particulier", a-t-on ajouté. Un des  sera à l'Elysée pour symboliser la remise de ces pièces à l'Egypte. Les autres pièces seront transmises à l'ambassade égyptienne à Paris.

Cette restitution laisse augurer d'une embellie dans les relations culturelles entre la France et l'Epypte, qui avait annoncé le 7 octobre sa décision de suspendre toute coopération archéologique tant que les fragments ne lui seraient pas restitués. Dénonçant un pillage de son patrimoine, l'Epypte veut désormais dresser une liste d'objets éparpillés dans le monde et dont elle souhaite la restitution.

Symbole de ce nouveau cheval de bataille, le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass, a réclamé mercredi dernier à Londres la restitution de la célèbre pierre de Rosette, stèle qui a permis au français Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes, exposée au British Museum depuis plus de 200 ans.

Les fragments du Louvre proviennent quant à eux du tombeau d'un dignitaire de la XVIIIe dynastie égyptienne (1550-1290 avant J.C.), situé dans la Vallée des Rois, près de Louxor. Ces oeuvres, de petite taille (environ 15 cm de large sur 30 cm de haut) avaient été "acquis de bonne foi" par la France au début des années 2000, selon le ministère français de la Culture.

Le ministère, comme le Louvre, ont mis en avant dans ce dossier leur ferme volonté de lutter contre le trafic illicite de biens culturels. Le Louvre va se "rapprocher des autorités égyptiennes pour fixer les modalités et les dates de retour, mais ça devrait être rapide", avait indiqué en octobre à l'AFP Henri Loyrette, président-directeur du musée français.

"Nous sommes heureux de pouvoir contribuer à la reconstitution de ces décors qui n'auraient jamais dû quitter leur emplacement d'origine", avait-il ajouté.

Il avait expliqué que des "éléments nouveaux" avaient conduit à "reconsidérer cette acquisition", évoquant notamment "des photographies qui attestent que ces peintures étaient encore en place au milieu des années 1970, alors que les éléments dont nous disposions jusque-là nous laissaient penser que ces pièces étaient sorties en toute légalité d'Egypte avant 1970".

La Convention de l'Unesco de 1970 contre le trafic illicite d'oeuvres d'art (ratifiée par la France en 1997) affirme la non-rétroactivité des opérations antérieures à cette date. "


Tout cela nous convient nous avons sur ce blog y compris évoqué cette question du pillage culturelle des peuples  ( un article sur un prétendu caillou et l'affaire Pierre Bergé et les bronzes Chinois ) Il faut continuer dans cette voie.....

Publié dans à mon avis !

Commenter cet article