Le rosé est sauvé !

Publié le par le consomacteur

Cela est intervenu au mois de juin  lors de ma grosse déprime et mon éviction honteuse de facebook mais enfin une bonne nouvelle...c'est l'été et enfin en profiter! Un journaliste  Gérard le Puiil que j'ai découvert grace à cette bataille pour le rosé et même si il est communiste il fait la promotion du bon vin....alors soyons indulgent !

Le rosé est sauvé

Vin . Le mélange de blanc et de rouge ne sera pas autorisé en Europe.

Nous continuerons de boire du vin rosé dans la vieille Europe. Le vin blanc médiocre, rosi par quelques gouttes de rouge, n’aura pas sa place dans les magasins contrairement à la revendication des pinardiers. En faisant du lobbying auprès de la commissaire européenne à l’Agriculture, les négociants avaient obtenu en janvier 2009 qu’un projet de nouvelle réglementation européenne sur l’étiquetage introduise cette tromperie sur la marchandise. À l’époque, Michel Barnier, ministre français de l’Agriculture, n’avait rien trouvé à redire. Mais les vignerons français avaient vite compris que cette modification réglementaire allait avoir des conséquences très lourdes. Le nouveau mélange allait permettre aux négociants de recycler et d’importer des vins de mauvaise qualité « enrichis » d’arômes de synthèse pour faire des « rosés » de bas de gamme, vendus en premier prix dans les grandes surfaces et les magasins de hard discount. La méthode permettait aussi de recycler des fonds de cuves aux produits éventés, les arômes artificiels venant masquer la détérioration des vins.

Du fait de leur présence en rayon, ces vins trafiqués allaient servir aussi à tirer, vers le bas, les prix des vins rosés élaborés de manière traditionnelle, avec notamment une macération courte des raisins noirs pressés à cet effet. Dans leur combat contre la triche, les vignerons français ont trouvé une oreille attentive dans la presse écrite et audiovisuelle, surtout dans le cadre de la campagne pour les élections au Parlement européen. Du coup, Michel Barnier, candidat UMP en Île-de-France, a dû se battre contre le rosé trafiqué. Mariann Fischer Boel, commissaire européenne chargée de l’Agriculture, maintenait pourtant que l’affaire était pliée. Elle y a renoncé au lendemain de l’élection des députés.

Article de l'Humanité

G. L. P.


Publié dans coups de coeur !

Commenter cet article

barthé 30/07/2009 07:29

Bonjour

la loi est malheureusement passée , en fait le parlement européen a fait deux décrets
ils en ont abrogé un et l'autre il l'ont fait appliquer .

ici dans le sud il y a malheureusement quelques courtiers et négociants en vin qui ont commencé cette pratique de coupage voila en fait ils nous ont tous berné